Calais : vague d’indignation après l’interdiction de distribuer des repas aux migrants

Calais : vague d’indignation après l’interdiction de distribuer des repas aux migrants

La préfecture du Pas-de-Calais a interdit la distribution aux associations non mandatées par l’Etat en raison, notamment, de « troubles à l’ordre public » et non-respect des gestes barrière.

Le Monde avec AFP Publié le 11 septembre 2020 à 12h32 – Mis à jour le 11 septembre 2020 à 21h54

 

Les défenseurs des migrants se sont indignés, vendredi 11 septembre, de l’interdiction faite aux associations non mandatées par l’Etat de distribuer des repas aux exilés à Calais, une décision « intolérable » prise par la préfecture locale sous « prétexte » de la situation sanitaire.

« Il y a un prétexte sanitaire mais aux distributions de La Vie active [l’association mandatée par l’Etat], c’est pareil, les gens sont les uns sur les autres », a réagi auprès de l’Agence France-Presse (AFP) François Guennoc, vice-président de l’Auberge des migrants, une des associations visées par la décision de la préfecture du Pas-de-Calais.

L’organisation assure distribuer chaque jour entre 200 et 300 repas à des migrants en centre-ville et plusieurs centaines d’autres cinq jours sur sept dans divers points de la ville. « Si l’Etat veut entasser les gens autour de l’hôpital », site de distribution de La Vie active, « où il y a déjà 700 personnes, il prend ses responsabilités, mais on va arriver à une situation pire que précédemment », a-t-il estimé.

La préfecture a interdit jusqu’à la fin de septembre « toute distribution gratuite de boissons et denrées alimentaires [dans une vingtaine de rues, quais, places du centre-ville] pour mettre fin aux troubles à l’ordre public et limiter les risques sanitaires liés à des rassemblements non déclarés ».

Cette décision, entrée en vigueur dès vendredi, a été prise au lendemain d’une entrevue à Beauvau entre le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, et la maire de Calais Natacha Bouchart (LR).

Lire aussi A Calais, des migrants à la rue et des associations snobées par Gérald Darmanin

« Erreur humanitaire »

Jean-Claude Lenoir, président de l’association Salam, elle aussi visée, a dénoncé « une décision inhumaine, une erreur humanitaire et une maladresse politique », pointant « une surenchère électoraliste par rapport au Rassemblement national ».

Dans la mesure où l’Etat a mandaté l’association La Vie active, pour fournir « 4 distributions quotidiennes de repas », que l’Etat met à disposition des migrants 38 robinets d’eau cinq jours sur sept, dont « 22 accessibles sept jours sur sept » et que de l’eau est distribuée pendant les repas, la préfecture considère assurer « des prestations humanitaires suffisantes au regard des besoins de cette population, notamment alimentaires ».

« Il est urgent que les autorités françaises reviennent sur leur décision », ont réagi dans un communiqué commun six ONG et associations engagées dans la défense des exilés, dont Amnesty international, Médecins du monde ou Médecins sans frontière.

« En interdisant l’action humanitaire des citoyens, c’est la fraternité et la solidarité (…) qui sont foulées aux pieds. C’est intolérable », a par exemple fustigé Véronique Fayet, présidente du Secours catholique-Caritas France. Pour Amnesty International, qui estime à 1 500 le nombre d’exilés présents à Calais et ses environs, la décision « est une nouvelle démonstration du harcèlement dont font l’objet les défenseurs des droits des migrants dans la région ».

A La Vie active, on indique que l’association distribue au total de 1 000 à 1 200 petits-déjeuners et autant de déjeuners chaque jour à Calais, sur deux lieux différents. L’association parvient à toucher « la majorité » des migrants présents.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.