La Grèce a déclaré vendredi 20 août avoir achevé la construction d’un mur de 40 km à sa frontière avec la Turquie et qu’un système de surveillance y a été installé. L’objectif, selon le Guardian : “empêcher d’éventuels demandeurs d’asile de tenter de rejoindre l’Europe après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans”.

Selon le quotidien britannique, la prise de Kaboul par les miliciens islamistes a suscité en Europe la crainte d’une crise migratoire “similaire à celle de 2015”.