Evacuation du lieu d’accueil humanitaire de transit

Evacuation du lieu d’accueil humanitaire de transit

Ce n’est pas une surprise, le lieu d’accueil humanitaire de transit, défini ainsi par le collectif engagé autour de l’accueil des réfugiés, a été évacué ce matin par les forces de l’ordre.
France 3 région a suivi cette histoire depuis le début et propose un reportage que nous jugeons pertinent et objectif.
Nous y apportons cependant quelques précisions (Cliquez sur “Nos commentaires” dans le texte), corrigeant ainsi quelques chiffres et posant quelques questions…
Cet article a été écrit par Anne Lehars et est disponible dans sa version originale à cette adresse.
Toutes les photos et vidéos de ce que nous présentons ci-dessous sont elles-aussi issues de l’article de France 3.

Saint-Dalmas-de-Tende : le camp des migrants évacué

Depuis ce lundi, une cinquantaine de réfugiés érythréens arrivés via l’Italie étaient hébergés à Saint-Dalmas-de-Tende dans un “lieu d’accueil humanitaire de transit” établi par des associations des Alpes-Maritimes.

Nos commentaires
Ils étaient en fait 65 mardi soir sur le site.
Ils ont été évacués ce jeudi à 7h45.
stdalmaspolice

Evacuation camp migrants


Ce jeudi matin vers 7h45, policiers, gendarmes, représentants de la préfecture des Alpes -Maritimes, procureur de la République et douaniers se sont présentés au squat des réfugiés érythréens arrivés via l’Italie et hébergés depuis ce lundi à Saint-Dalmas-de-Tende.
Dans ce “lieu d’accueil humanitaire de transit” comme le nomme l’association Roya Citoyenne, ils ont procédé à l’évacuation de 39 mineurs et 5 adultes. D’autres migrants installés là depuis lundi, avaient déjà quitté les lieux sachant leur expulsion proche.
Nos commentaires
C’est en fait aux alentours de 16 personnes (- de 20 avec certitude) qui restaient ce matin, tous a priori mineurs. Tous les autres, les adultes, avaient préféré s’enfuir avant la venue des policiers chargés de l’évacuation, exprimant la plus grande inquiétude à l’idée d’un retour de l’autre côté de la frontière.
Les jeunes mineurs, ont été orientés vers une structure médicale pour un bilan de santé et tenter de vérifier la véracité de leur déclaration quant à leur âge. Les autres ont été remis à la police aux frontières.
Nos commentaires
A cette heure j’ignore qui sont “ces autres” que cite l’article de France 3, puisque selon nos échanges avec ces jeunes ils étaient tous mineurs et que cette information n’avait pas encore pu être vérifiée lors de l’évacuation de ce matin.
Il est important que nous, acteurs ou lecteurs de cet article mais tous citoyens, nous nous interrogions sur la suite. Bien sûr tout s’est déroulé dans le calme, mais que se passe-t’il une fois l’évacuation terminée ?
De l’autre côté de la frontière, la police italienne fait l’objet de plusieurs témoignages extrêmement inquiétants de la part de réfugiés et de diverses personnes et associations leur apportant leur aide (violences physiques, menaces, …)
Les services sociaux sensés s’occuper des mineurs justiciables ou en danger en France sont les services de l’Aide Sociale à l’Enfance. L’ASE dans les alpes maritimes est dans une situation difficile l’empêchant de faire son travail correctement depuis plusieurs années et déjà bien avant que la problématique des réfugiés ne se fasse connaitre (énorme turnover du personnel induisant une carence d’accompagnements, manque de moyens, …), il suffit de parler avec n’importe quel éducateur ou travailleur social ayant été en poste auprès d’enfants dans le département pour le savoir.
De plus les déclarations de Mrs Ciotti et Estrosi, hommes de pouvoirs, s’il en est, dans notre département, sont suffisamment inquiétantes pour que ce que nous avons entendu dans le reportage ci-dessus ne nous rassure pas plus que ça quant à l’avenir proche des réfugiés évacués aujourd’hui…

ciotti-et-estrosi
Une dizaine de militants associatifs étaient par ailleurs présents au moment de l’opération, organisée dans le cadre d’une enquête ouverte à Nice pour aide à l’entrée irrégulière d’étrangers en France, a ajouté le magistrat. Certains ont été placés en garde à vue pour être entendus, et les autres seront auditionnés dans un second temps, a précisé le procureur.
Nos commentaires
Cela aussi est un sujet d’inquiétude. Parce qu’au final, aucune de ces personnes n’a rien fait de mal. Chacun d’entre nous a aidé, nourri, réchauffé, soigné, fait connaître une réalité, provoqué une réaction médiatique et politique. Alors oui selon les termes de la loi, nous avons franchi le seuil d’une propriété privée abandonnée depuis des années pour que des êtres humains puissent s’y abriter de la pluie et du froid. Peut-on objectivement considérer cet acte comme un acte grave de délinquance ? Peut-on objectivement nous considérer, nous, citoyens solidaires, offrant de notre temps et de notre argent pour le bien commun, comme des délinquants ou des criminels ?
Si nous réfléchissons un peu, quel sens peuvent avoir ces auditions et ces gardes à vue ? A quoi cela sert-il de placer en difficulté des citoyens, des parents, des salariés d’entreprise, des acteurs de la vie socio-économique de la vallée de la Roya pour avoir réagi à la misère qui tous les jours débarque sans prévenir dans leurs campagnes, leurs jardins, leurs maisons ?
Mr Ciotti affirme qu’il faut lutter contre “ces passeurs” qui profitent de la misère des réfugiés. Rappelons, si besoin est, que toutes nos actions sont évidemment bénévoles, qu’elles nous coûtent de l’argent, à nous. Rappelons, si besoin est, que si ce (ces) monsieur (messieurs) avaient d’autres ambitions que leur avenir politique, nous n’aurions pas besoin de recourir à ces méthodes pour secourir notre prochain… Rappelons enfin que nous faisons actuellement le travail de l’état, qui bien souvent ne respecte pas les lois concernant les mineurs isolés en France, mais qu’il ne me semble pas qu’aucun politique ait été auditionné à ce sujet.

Quelques articles en lien avec le sujet

Vous pouvez parcourir en suivant ce lien le très engagé article d’Olivier Picard, chroniqueur politique, ayant rédigé cet article après l’attentat de Nice et dénonçant la posture et les propos de Messieurs Ciotti et Estrosi.

Ou regarder ce reportage de France 3 (encore !) dans lequel interviennent Eric Ciotti Président du département des Alpes-Maritimes (LR), Cécile Dumas Secrétaire départementale PCF 06 et Frédéric Pellegrinetti Secrétaire PS à Menton.

Réactions à l’installation des migrants à Saint Dalmas


En réaction aux propos de Mr Ciotti, je rappelle (pour la seconde fois dans cet article) qu’aucun des acteurs de cette action n’a reçu de rémunération sous quelque forme que ce soit, que nous sommes tous amenés à dépenser notre argent personnel, celui que nous gagnons grâce à notre travail, pour soutenir nos principes et nos responsabilités de citoyens. Nos actions, nos déclarations, ne sont pas financées par l’état, contrairement à l’auteur de ces propos mensongers et provoquants.

A nouveau, merci, si vous en avez l’envie, de laisser votre commentaire. Ce faisant vous ferez savoir votre soutien et apporterez un peu plus de poids à nos actions.

3 réponses

  1. audrey laure dit :

    Chers vous tous, merci d’être la lumière de l’humanité par vos actions. Nous sommes tous liés les uns aux autres sur cette belle planète. Il y a ceux qui voient comme vous et ceux qui, aveugles, demeurent dans leurs ombres. Comme beaucoup je pense que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde et que nous devons faire en sorte que les gens puissent vivre chez eux pour cela il faudrait être plus dans l’équilibre et le partage. Mais ce n’est pas le cas et quand la misère vient frapper à notre porte, nous nous devons de l’accueillir, de lui tendre la main, de la faire rentrer et de lui offrir à partager notre pain. C’est un devoir d’être humain plus encore que de citoyen. En ces temps de bouleversements planent des réminiscences d’autres temps pas si lointain où des gens rentraient en résistance pour sauver d’autres indésirables. Vous êtes cette flamme. MERCI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.