Les civils sont les premières victimes des conflits. Ils doivent en être protégés.

Les civils sont les premières victimes des conflits. Ils doivent en être protégés.

1- Analyse & Recommandations

Les civils sont les premières victimes des conflits armés dans le monde. Exécutions, torture, déplacements forcés, leur protection est mise à mal. Pourtant, les gouvernements et les autres parties au conflit, comme les groupes armés, ont, en vertu du droit international humanitaire, l’obligation de protéger les civils.

Quelles que soient leur nature et leur intensité, les conflits armés entraînent partout des violences. De la République centrafricaine à la Syrie, du Yémen à l’Irak, en passant par Gaza, les civils sont les premières victimes des combats. Ils devraient pourtant en être protégés comme l’exige le droit international humanitaire. Lors des bombardements, les infrastructures civiles sont aussi touchées : les hôpitaux ou les bâtiments publics sont souvent ciblés et détruits plongeant durablement des populations entières dans le chaos.

Le contexte des conflits favorise également d’autres formes de violences : recours à la détention arbitraire ou aux disparitions forcées, généralisation de la torture. Les femmes sont victimes de viols ou d’autres formes de violences sexuelles et des enfants sont enrôlés de force dans les combats. Les conflits contraignent aussi les civils à fuir les violences pour chercher asile et protection, bien souvent en traversant les frontières de leurs pays et avec des perspectives de retours souvent réduites.

Pour le respect du droit international humanitaire

Ces violences sont autant le fait de gouvernements que de groupes armés. Toutes les parties au conflit méprisent les règles les plus élémentaires du droit international humanitaire. Le chaos ne peut expliquer ou excuser les graves manquements au droit et au devoir de protection des civils. Si un État est défaillant ou incapable de protéger les civils des violences, la communauté internationale doit assumer ses responsabilités et son devoir de solidarité. Cela signifie, entre autres, que les victimes doivent pouvoir obtenir protection et réparation.

Leur accès au droit et à la justice internationale est primordial. Or, malgré l’existence de la Cour pénale internationale, les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité restent trop souvent impunis.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.