Incroyable.

Ce mercredi vers 12h 15, nous étions une délégation de membres du Réseau Éducation Sans Frontières, ainsi que du MRAP, d’Amnesty International et de la FSU, rencontrant le député de Moulins Jean-Paul Dufrègne sur la questions des droits et libertés des migrants et de leurs défenseurs.

Et voila que nous apprenons qu’une maman, Mme Ertas, kurde de Turquie résidant en France, a été embarquée sous les yeux de deux de ses enfants – 6, 4 et 2 ans – vers le Centre de rétention de Lyon pour être expulsée vers la Turquie. Prenant pour cela des risques contre des personnes de son propre milieu hostiles à cette union, elle est venue en France avec un visa de tourisme pour vivre avec son fiancé puis époux, dont la famille vit en France depuis des décennies et qui dirige une entreprise du bâtiment de 8 employés ayant son siège à Moulins, et demande de manière transparente et légale sa régularisation depuis plusieurs années.

Le refus du regroupement familial de la part de la préfecture de l’Allier est invraisemblable. Mais pire encore, l’opération consistant à embarquer une maman sous les yeux de ses enfants est un acte inqualifiable qui signifie qu’il y a menace pour les droits et libertés de toutes et de tous.

Cette dame serait parfaitement régularisable mais il conviendrait, d’après la préfecture, de la renvoyer en Turquie pour tout reprendre depuis le début, la mettant ainsi en danger, portant atteinte aux enfants, pour un coût et un bilan carbone que chacun peut apprécier !

Le père, M.Ertas, nous a rejoint avec ses enfants privés de maman, pour lesquels il a dû interrompre ses activités dans son entreprise. Avec notre député nous nous sommes rendus au journal la Montagne en urgence, décidé à rendre publique ce scandale inhumain et menaçant pour les droits fondamentaux de tous.

A l’heure où sont écrites ces lignes Mme Ertas va mal, se trouve en Centre de Rétention et a résisté déjà à deux tentatives de l’embarquer de force !

RESF a fait savoir à la Préfecture qu’elle porterait la responsabilité de tout drame pouvant arriver, et porte déjà la responsabilité de cette situation inqualifiable.

Nous ne laisserons pas faire !