Sans-logis : l’Etat abandonne les populations les plus précaires

Sans-logis : l’Etat abandonne les populations les plus précaires

Par Un collectif d’associations

Après le rejet du Conseil d’Etat saisi en urgence par les associations, les pouvoirs publics continuent d’ignorer la nécessité de l’accompagnement social, sanitaire et juridique d’une partie de la population délaissée face à la pandémie.

Tribune. Hier, face à l’urgence sanitaire et à l’absence de prise en considération des personnes les plus précaires qui vivent à la rue, en habitat de fortune, ou confiné·e·s dans des conditions qui les rendent particulièrement vulnérables à la pandémie du coronavirus, nos associations ont, dans la continuité d’une pétition ayant rassemblé près de 100 000 signataires, saisi en urgence le Conseil d’Etat. Dans cette requête, nous demandions la réquisition de logements en location meublée touristique et de chambres d’hôtel vacantes, ainsi que l’accès au matériel sanitaire indispensable (masques, gants, gel hydroalcoolique et blouses) pour la protection de ces personnes et du personnel encadrant.

Nous avons trop vu

Pour documenter cette requête, nous avons fait appel à un réseau interassociatif national qui œuvre quotidiennement sur le terrain pour rendre compte de l’inadéquation des mesures prises par le gouvernement vis-à-vis des populations précaires. Les observations de ces militant·e·s recoupent celles du Défenseur des droits, lorsqu’il souligne à quel point «les inégalités deviennent encore plus criantes avec l’état d’urgence sanitaire» : parce que nous sommes allés dans des bidonvilles saturés sans accès à l’eau, ni aucune visite médicale organisée par l’Etat. Parce que nous avons vu la police encercler des camps pour qu’aucun humanitaire ne puisse y pénétrer. Parce que nous avons couru dans les hôtels sociaux pour apporter de la nourriture et parfois traduire les symptômes du Covid-19 aux médecins. Parce que nous avons dû prendre des risques pour notre santé et celle des personnes accompagnées et fabriquer nos propres masques. Parce que nous voyons quotidiennement depuis plusieurs semaines des personnes sans abri être verbalisées pour s’être déplacées dans les seuls lieux de distribution de repas restant ouverts. Parce que nous avons trop

Le 2 avril, le Conseil d’Etat, «au nom du peuple français», a rejeté notre requête en référé, balayant d’un revers de main les arguments et les nombreuses preuves apportées par notre collectif, se faisant ainsi le soutien des carences fautives du gouvernement. Il a estimé qu’il n’avait pas à se prononcer sur l’opportunité des décisions de l’autorité administrative à l’instar d’un référé liberté portant sur les centres de rétention.

A lire aussi Coronavirus : le Conseil d’Etat refuse la fermeture des centres de rétention

Il a notamment jugé qu’aucune atteinte grave et manifestement illégale n’était portée au droit à la vie et à la protection de l’intégrité physique et psychique des personnes sans hébergement. Conclusion : pas de fermeture des lieux d’hébergement collectif existants, ni de réquisition d’appartements ou de chambres d’hôtel. Dont acte !

Nous n’oublierons pas

Demain, à quoi ressemblera notre monde ? La grande majorité d’entre nous se pose cette question et ne voit d’autre issue que de replacer la question des inégalités au centre des réflexions collectives, des décisions politiques et de l’action publique. Vu l’insuffisance manifeste des réponses apportées par l’Etat face à un risque sanitaire établi, nous refusons que demain soit la même chose qu’hier. Nous refusons que, demain, les pouvoirs publics continuent d’ignorer la nécessité de l’accompagnement social, sanitaire et juridique d’une partie de la population et nous continuerons à exiger le respect des droits des exilés et des personnes précarisées. Surtout, nous n’oublierons pas que, malgré une pandémie mondiale, la plus haute juridiction administrative se soit résolue à valider l’abandon, par le gouvernement, des personnes les plus précaires.

Signataires : la Ligue des droits de l’homme (LDH), l’Action chrétienne pour l’abolition de la torture (Acat), Utopia 56, Droits d’urgence, Kâlî, le Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti).

Un collectif d’associations

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.