Syrie : après la tempête de neige, des camps de déplacés “complétement coupés du monde”

Syrie : après la tempête de neige, des camps de déplacés “complétement coupés du monde”

Publié le :

Les importantes chutes de neige qu’a connu le nord de la Syrie à partir du 18 janvier ont causé de lourds dégâts dans au moins 47 camps de déplacés, comme en témoignent des vidéos partagées en ligne, notamment filmées dans la région d’Afrin et d’Azaz. Trois enfants sont morts et les routes ont été bloquées, compliquant l’acheminement de l’aide.

Ce sont les régions du gouvernorat d’Alep, près de la frontière turque, qui ont été le plus impactées, avec les températures négatives qui ont crée le contexte favorable à d’importantes chutes de neige. Les camps de déplacés se sont retrouvés couverts d’un épais manteau blanc, sous le poids duquel de nombreuses tentes se sont effondrée

Depuis 2011, près de 3 millions de déplacés du conflit syrien vivent dans le nord-ouest du pays, contrôlé par des forces d’opposition soutenues par la Turquie. Parmi eux, ils sont 1,7 million à vivre dans des camps bondés, faits de tentes ou d’habitations informelles et non achevées, sans toit ou isolation. Les tempêtes hivernales de ce genre sont rares au Moyen-Orient et les températures pourraient atteindre des niveaux jamais vus depuis 40 ans, avec -14 °C annoncés, selon l’ONG Care International.

Au moins 362 tentes sur 31 sites ont été endommagées, et 2 000 personnes affectées selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU. L’organisation fait également état de la mort d’un enfant dans le camp de Qastal Miqdad après l’effondrement du toit d’une tente sous la neige.

Des nombreux déplacés ont tenté de retirer la neige des tentes encore debout.

 

“Des camps étaient quasiment engloutis sous la neige”

Ahmad Nahal est coordinateur de terrain pour l’ONG Molham Team, qui aide les déplacés en Syrie.

 

La neige a commencé à tomber à 20 h, et ça a duré cinq heures. Des camps étaient quasiment engloutis sous la neige. Les gens manquent de tout, ils n’ont ni électricité ni chauffage, et il n’y a pas assez de couvertures. La Défense civile syrienne et des ONG sont allées aider les gens, ceux dont les tentes ont été détruites et qui ont été hébergés dans des écoles ou des mosquées.

 

“Les familles se sentent abandonnées” 

Qusai Al Shabyb est un activiste et journaliste syrien, qui documente la situation des déplacés sur sa page TikTok. Il s’est rendu dans plusieurs camps touchés par les intempéries.

 

Il s’est arrêté de neiger le 20 janvier, mais les camps sont toujours couverts d’une épaisse couche de neige. Les chutes de neige ont des conséquences horribles sur la vie dans les camps : la plupart des gens qui y vivent n’ont pas de frigo pour stocker leur nourriture, et donc d’habitude il faut faire des courses quotidiennes pour la préserver, mais en ce moment c’est impossible de quitter les camps et d’aller faire des courses en ville… Il y a aussi très peu de radiateurs, de diesel ou de bois de chauffage, la plupart des familles n’ont donc aucun accès à la chaleur en hiver.

Mais les gens s’adaptent à la neige, même si elle augmente les difficultés de leur quotidien. Aujourd’hui j’ai rencontré une femme du camp de Qastal à Afrin, qui m’a expliqué que sa famille doit se nourrir de neige car les routes pour aller faire des courses sont coupées. Elle fait fondre aussi la neige pour l’utiliser comme eau potable ou pour se laver.

Il y aussi des problèmes de sécurité, des enfants sont tombés en glissant à cause de la neige, cela peut les blesser gravement car en général les camps sont dans des zones montagneuses. J’ai rencontré un homme, qui a la trentaine, qui est tombé et s’est grièvement blessé alors qu’il est déjà handicapé des jambes et marche à l’aide de béquilles.

Lors d’une de mes visites, j’ai remarqué avant de partir que les familles ont avaient commencé à faire évacuer les enfants et les personnes âgées vers les villages avoisinants du camp, en prévoyance d’une nouvelle nuit de gel. Les gens se sentent abandonnés à cause de l’absence de services médicaux et du manque d’eau et de nourriture dans les camps.

Les tentatives de certains de se réchauffer ont pu tourner au drame : dans un camp au nord d’Alep, deux enfants sont morts dans l’incendie de leur tente provoqué par un chauffage à l’intérieur de la structure, rapporte CNN.

Des groupes d’aides bénévoles se sont mobilisés pour dégager les routes et ramener de l’essence et des couvertures dans les camps. L’inquiétude sur des risques d’inondations, quand la neige fondra, est vive.

Plus de 6,7 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de la Syrie, des suites de la guerre qui ravage ce pays depuis 2011. Ils sont tout autant – 6,8 millions – à vivre comme réfugiés dans d’autres pays, notamment en Turquie, en Jordanie et au Liban.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.