Un nouveau charter pour l’Albanie / Des enfants en centre de rétention à Toulouse, la police devant des écoles !

Un nouveau charter pour l’Albanie / Des enfants en centre de rétention à Toulouse, la police devant des écoles !

Le 28 janvier, une opération conjointe de plusieurs préfectures de la Région Occitanie a été engagée en vue d’une expulsion groupée de plusieurs familles en direction de l’Albanie. Un vol Frontex a été affrété spécialement ce matin, sans laisser aucun répit aux personnes, sans laisser aux familles la possibilité de préparer leur départ et de récupérer leurs biens essentiels (affaires des enfants, cartable …).
Ainsi, 8 familles (13 adultes et 13 enfants) ont été interpellées ces derniers jours dans des conditions traumatisantes et enfermées au centre de rétention.

Une opération similaire s’était déjà déroulée le 3 septembre dernier, le lendemain de la rentrée scolaire, pour 5 familles albanaises accompagnées de 9 enfants. La Cimade Sud-Ouest et RESF 31 avaient alors dénoncé ces expulsions d’enfants scolarisés, ainsi que les méthodes scandaleuses utilisées conduisant à séparer certaines familles.

Ce nouveau charter ne fait que renforcer notre indignation et traduit une fuite en avant des préfectures et un durcissement particulièrement inquiétant de la politique gouvernementale en matière de répression des personnes migrantes.

Ainsi à Toulouse, des pressions inadmissibles ont été exercées sur des familles albanaises, les mettant dans des situations de stress extrême : convocations répétées et notifications sans interprètes, policiers intervenant dans les hôtels où elles étaient hébergées, un père conduit par des policiers devant l’école pour « récupérer » les enfants, alors que la mère était gardée en rétention, menaces de séparation des familles et des enfants… etc

Il y avait bien longtemps que de tels comportements policiers n’avaient pas eu lieu en France. Les forces de l’ordre n’ont pas à intervenir devant les établissements scolaires !

Nous nous indignions contre de telles pratiques et rappelons que la place d’un enfant est à l’école et non derrière des barbelés !

Nous refusons la banalisation de ces violences injustifiables notamment sur des enfants, et demandons que l’État cesse d’infliger des « traitements inhumains et dégradants » aux personnes.

Rassemblement de protestation mercredi 29 janvier à 17 heures devant la Préfecture, place Saint-Etienne à Toulouse

Toulouse, le 28 janvier 2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.