200 000€ d’amende pour CNEWS et les propos racistes d’Eric Zemmour, une victoire pour le président de Loire-Atlantique

200 000€ d’amende pour CNEWS et les propos racistes d’Eric Zemmour, une victoire pour le président de Loire-Atlantique

Le président du département de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet avait déposé plainte en octobre 2020 contre Eric Zemmour pour ses propos au sujet des migrants mineurs, qualifiés de “voleurs, assassins et violeurs” sur CNews. La chaîne a été condamnée à 200 000€ d’amende par le CSA.

“Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont. Il faut les renvoyer.” Ces propos ont été tenus par Eric Zemmour à l’encontre des migrants mineurs, sur le plateau de CNEWS, lors de son intervention face à Christine Kelly dans l’émission “Face à l’info”, le 29 septembre 2020.

Incitation à la haine

Le président socialiste du département de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet, avait immédiatement réagi, signalant ces propos “abjectes et racistes” au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et portant plainte contre Eric Zemmour. “Ces paroles constituent une incitation à la haine qui est intolérable et qui porte atteinte aux mineurs pris en charge par le Département”, avait-il déclaré sur les réseaux sociaux. Le lendemain, cinq autre départements, la Haute-Garrone, les Landes, les Pyrénées-Orientales, la Girond et le Gers, avaient porté plainte à leur tour.

Des propos “de nature à encourager des comportements discriminatoires” 

Sur Twitter, Philippe Grosvalet a annoncé ce 4 juin que le CSA avait condamné la chaîne du groupe Canal+ à 200 000 euros d’amende. “Ces propos émanant d’une personne bénéificiant d’une large exposition médiatique, ont été tenus à un horaire de diffusion susceptible d’attirer des audiences signficatives, peut-on lire dans un courrier du CSA partagé par le président du département (…) Ces propos véhiculent de nombreux stéréotypes particulièrement infâmants à l’égard des mineurs étrangers isolés dans leur ensemble, de nature à encourager des comportements discriminatoires à leur égard en raison de leur origine ou de leur nationalité. Il ressort également du visionnage que ces propos n’ont suscité aucune réaction suffisamment marquée par les personnes présentes en plateau”, poursuit le CSA.

Le président du département n’en reste pas là : “J’attends maintenant une sanction pénale suite au dépôt d’une plainte que j’ai engagé”, a-t-il complété sur Twitter.

 

Lire sur le site de France 3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.